HUN

Cinéma

Cycle cinéma Mois de l'environnement

Du 8 novembre 2017 à 18:30 au 13 décembre 2017 à 18:30

Après le cycle de la rentrée autour des 5 sens, le mois de l’environnement sera consacré tout naturellement aux 4 éléments. Pour l’ouverture du cycle nous vous proposons un film sur la Connaissance écologique traditionnelle des bergers hongrois qui sera suivi d’une rencontre avec  Molnár Zsolt, chercheur à l’Institut de Recherches Botanique et Ecologique de l’Académie des Sciences en Hongrie.

Changez d’air, changeons d’air...avec  le documentaire Irrespirable: Des villes au bord de l’asphyxie ?, le thème de la pollution atmosphérique sera abordé ensuite tout au long de la journée au cours de plusieurs conférences.

Pendant ce mois de l’environnement nous irons à la rencontre des paysans face à la crise avec Petit paysan un thriller psychologique sur la vie d’éleveur, en sélection à Cannes en 2017. Grâce au jeu impressionnant de Swann Arlaud et à une mise en scène qui nous plonge dans un univers intriguant, cette fiction dépeint avec force la ruralité française. A ne pas manquer !

Toril, un thriller dont le personnage principal est Vincent Rottiers, dresse un portrait sombre et ambigu du Sud et aborde le sujet du milieu agricole et de sa fragilité. Un premier long-métrage qui mêle intelligemment polar noir et drame social.

Et pour garder les pieds dans la terre, le documentaire Le potager de mon grand-père chante un hymne à la vie et à cette nature que nous devons protéger : attendrissant et convaincant.

L’éveil de la permaculture est un documentaire joyeux et didactique qui laisse entrevoir une lueur d’espoir en montrant des solutions écologiquement soutenables et économiquement viables : de quoi rester optimiste !

Laissez-vous porter au fil de l’eau avec la comédie poétique Vincent n’a pas d’écailles. Vincent a un pouvoir extraordinaire : sa force et ses réflexes sont décuplés par l’eau.  Un mélange de fantaisie et de rigueur qui nimbe le film d'une sensualité champêtre.

Après avoir fait le plein d’eau, le film d’animation Louise en hiver aux dessins grandioses entraîne le spectateur dans un récit initiatique qui se déroule dans le désert où la vie à la Robinson Crusoé est un retour aux sources et un éloge de la débrouillardise…

Le désert est aussi le personnage central de Nostalgie de la lumière, documentaire franco-chilien sélectionné à Cannes en 2010 qui nous élève à 3000 mètres d’altitude, là où des astronomes du monde entier se rassemblent dans le désert chilien d’Atacama pour observer les étoiles ; mais en ces lieux reposent aussi les ossements de prisonniers politiques... Ce  film inattendu contourne les codes du genre pour mieux le mener vers des sommets de poésie : une pépite à découvrir.

Le classique de l’animation La planète sauvage, qui avait reçu le prix spécial du jury à Cannes en 1973, nous fait voyager dans un univers bien peu ordinaire en y interrogeant les pratiques de la société humaine. Un pionnier parmi les films d'animation et de science-fiction qui ne sont pas réservés aux enfants.

Le documentaire Tout s’accélère, un condensé de réflexions d’enfants et d’experts sur l’accélération vertigineuse de notre monde. La comédie décalée Problemos d’Eric Judor, nous présente également une satire de la société, par cette communauté qui tente de vivre autrement, loin de la consommation et de l’individualisme. Un burlesque qui ne se formule que dans le malaise et l’anomalie, dont on rit tout en remettant en question nos modes de vie…

Classique, animation, documentaire, thriller ou comédie : à chaque spectateur son élément, lequel est le vôtre ?  Bon mois de l’environnement !

Institut français de Budapest, Auditorium

www.franciaintezet.hu

Fő u. 17,
1011 Budapest